le blog d'Eugène Vouilloux

Accueil

 La guerre d’Antoine Eugène Vouilloux
septembre 1914-25 septembre 1915

Eugène VouillouxCe blog a pour objet d’honorer la mémoire d’un soldat de la Grande Guerre, Antoine Eugène VOUILLOUX, grand-père de Gisèle et de Francis VOUILLOUX, mort pour la France le 25 septembre 1915. Médaillé militaire et Croix de guerre 14-18 à titre posthume. 

Il raconte sa guerre, grâce aux lettres écrites à sa sœur, aux événements et combats de son régiment : le 300e Régiment d’infanterie et du 12e Corps d’Armée . Quelques pages d’information donneront des détails sur des points particuliers .

Le 25 septembre 1915 il est déclaré disparu le premier jour de la 3ème bataille d’Artois à Neuville-Saint-Waast et mort pour la France en 1921.

Lire la suite…

Cartographie

  • Les mouvements du 300e RI sont visibles au jour le jour sur une carte externe à voir ICI. il suffit de choisir une date dans le tableau de gauche et agrandir la carte sur le point affiché
  • Chaque article rependra en détail cartes et plan du moment

Derniers articles

19170000-reponse-PG Munster CR suisse

Les recherches et la suite tragique

Dès qu’elle a été informée de la disparition de son frère, sa sœur a commencé des recherches pensant qu’il était peut-être prisonnier. Elle a écrit à la Croix Rouge suisse, organe de liaison entre les belligérants.

0 commentaires
Trois réserviste du 300e RI

Qu’est devenu le 300e RI les jours d’après le 25 septembre 2015

Les pertes ont été énormes 1/3 des effectifs. Le 300e RI est maintenu sur ses positions à l’Est de Neuville-Saint-Waast. Il reçoit de renforts provenant de l’arrière, des auxiliaires des soldats pas préparés, peu instruits. Il reçoit l’ordre de renforcer le positions, aménager les accès aux tranchées. Il sera dissous le 17 novembre 1917.

0 commentaires
L'assaut du 25 septembre sur Vimy

24 et 25 septembre : Eugêne est porté disparu

La 3ème bataille d’Artois commence le 25 septembre 1915. Le 300e RI est en première ligne de la 24e DI. En fin de journée les objectifs sont partiellement atteints mais les pertes sont très lourdes. Eugène Vouilloux est signalé  blessé puis porté disparu.

0 commentaires
mortier Cellérier 1

Septembre 1915, avant l’offensive

Sur le front de l’Artois tout semble « calme »… si l’on peut dire : échanges de tir d’artillerie, destruction des tranchées, galeries de mines, fourneaux de mines… c’est le quotidien du soldat dans les tranchées pendant 9 jours d’affilée.

L’attaque généralisée se prépare en Champagne et en Artois, mais seulement au niveau des corps d’armée. La troupe, jusqu’au 23 septembre,  ne sait pas ce qui l’attend, mais commence à se douter en voyant les préparatifs.

0 commentaires
neuville saint waast

Août 1915

Retour au front dans les tranchées de Neuville Saint Waast, prises au Allemands en juin. Une nouvelle préoccupation : la guerre des mines.

0 commentaires
Les uniformes en juillet 2015

Juillet 1915 – repos mais préparation de la relève

Le mois de juillet est calme pour le 12e Corps d’Armée et ses unités. Mais à partir du 19 juillet les unités font mouvement vers le front, région de Arras. Quelques cadres et soldats ont pu partir en permission.

Ils ne savent pas ce qui les attend : le Labyrinthe qui vient d’être repris aux Allemands pendant la deuxième bataille de l’Artois.

0 commentaires
limey-remenauville eglise2

Juin 1915 le premier mois de répits

Le 12e Corps d’Armées est relevé, il quitte la Woëvre pour rejoindre la région d’Amiens où il va passer près d’un mois de repos loin des premières lignes. Le 300e Régiment d’Infanterie retrouve sa division initiale, la 24 DI. Il fait beau, Eugène souffle enfin mais il n’est toujours pas parti en permission. Heureusement il a pu revoir Marie pendant 2 ou 3 jours venue le voir en train dans la région d’Amiens.

Pourquoi ce transfert ? l’Armée française prépare une grande offensive en Champagne avec un front annexe en Artois. Elle rassemble des forces et renforce la IIe Armée sur le secteur de l’Artois.

0 commentaires
Pause repas dans la tranchée

Mai 1915 en Woëvre : de nouveau les tranchées, les tirs d’artillerie… la routine

C’est le statu quo : plus d’assaut plus d’attaque à repousser, il n’y a que l’artillerie qui tonne et les tranchées que l’on doit renforcer après les tirs ennemis.  Cette routine se compte cependant en mort et blessés chaque jour.

Les lettres d’Eugène ne sont pas très optimistes, il ne voit pas comment les événements peuvent évoluer. Ce qu’en sait le poilu de base reste très incertain, la stratégie des États-majors ne les atteint pas et ce n’est pas l’arrivée de l’Italie qui va faire évoluer la situation.

0 commentaires
800px-Village_detruit_Fey_Haye_1914_(2)

2ème quinzaine d’avril, un peu plus calme

Après deux semaines de pluie et de boue, le beau temps est revenu. Chaque adversaire tente de consolider ses positions. Les Allemands n’essayent pas de reconquérir les positions perdues mais renforcent sérieusement leur ligne de front. Ils installent des postes de mitrailleuses sous blindage métallique et il faut un coup au but d’artillerie lourde pour les neutraliser.

0 commentaires
limey-remenauville eglise2

Première quinzaine d’avril 1915 les combats de la Woëvre

Le 300e RI est arrivé le dernier sur la nouvelle implantation du 12e CA au nord de Toul. Il est toujours affecté à la 23 Division d’infanterie. Il va participer à l’action contre le village de Rémenauville avec le 29e RI, mais comme lui il sera boqué aux lisières du village par des réseaux de barbelés non détruits, des Allemands très bien retranchés et… une pluie permanente qui envahit les tranchées.

0 commentaires
[/su_posts][/su_posts]

 

 


lu (60) fois